Agenda

> Proposez un événement

NewsLetter


Cinémas :

Disparition du peintre Louis Nallard

Nous avons appris mi-octobre le décès du peintre Louis Nallard, qui était rattaché au Mouvement des Réalités Nouvelles, et dont le Musée de Gajac possède une toile Le Chemin des Oliviers (oeuvre offerte par l'artiste en 2007). Louis Nallard était par ailleurs l'époux de Maria Manton, artiste aussi importante des Réalités Nouvelles et très présente également dans les collections du Musée. Retour sur un parcours d'exception.

Louis Nallard

Né à Alger en 1918, Louis Nallard démontre très rapidement un talent de peintre qui justifie une première exposition en 1934, à 16 ans, à la galerie-librairie Thomas Rouault à Alger.
Au début des années 40, il s'inscrit à l'Ecole des Beaux-Arts d'Alger où il rencontre Fiorini, Bouqueton, Pierre Raffi, Bernard Lavergne et surtout Maria Manton qu'il épouse en 1944. En 1941, une exposition lui vaut un article d'un jeune critique qui deviendra célèbre : Max-Pol Fouchet.
En 1947, Louis Nallard s'installe en région parisienne. Il découvre alors l'oeuvre de Bissière qu'il va retrouver à la Galerie Jeanne-Bucher après avoir pris contact, en 1949, avec Jean-François Jaeger, jeune directeur du célèbre établissement.
Louis Nallard deviendra un familier de Bissière. Ce dernier l'accueillera dans sa propriété de Boissiérettes dans le Lot un certain temps. Il rencontre aussi Roger Chastel, Grand Prix National des Arts en 1932, et certainement l'un des plus importants professeurs qu'ait connu l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.
De 1949 -date de sa première exposition personnelle chez Jeanne Bucher- à 1957, Louis Nallard participera à des expositions de groupe à la Galerie ainsi qu'au Salon des Réalités Nouvelles dont, avec Maria Manton, ils seront parmi les animateurs incontournables.
De 1975 à 1983, Louis Nallard est professeur à l'Ecole Nationale Supérieure des Beau-Arts de Paris où il enseigne la technique et la vraie vision de la peinture.
Ses oeuvres ont été présentées dans le monde entier, à Oslo, en Hollande avec les peintres Bitran et Geer Van Velde et Maria Manton, au Japon, aux Etats-Unis.

Louis Nallard s'est lié d'amitié avec Jacques Balmont dès le début des années 1960. En 1969, il participe à la Quatrième Biennale de Villeneuve-sur-Lot "Bissière et ses amis", en 1971 à la Cinquième Biennale de Villeneuve-sur-Lot consacrée aux Réalités Nouvelles, en 2003 à l'exposition "Mère Algérie, couleurs du Sud" et en 2007 à l'exposition "L'Action Pensive".

Louis Nallard fit don au Musée de Gajac en 2007, à l'issue de l'exposition "L'Action Pensive" d'une toile intitulée Le Chemin des Oliviers. Cette oeuvre est présentée dans une des salles du fonds permanent consacrée à l'art des XXe et XXIe siècles.

"Nallard chemine en homme proche de la terre, cette glèbe bourguignonne plantureuse dont il connaît la plasticité grasse et humide. L'Algérie et l'Espagne ont ajouté la brûlure des soleils qui dessèchent et accusent au riche répertoire des lumières et des conformations. Cette dualité d'inspiration répond à une double tendance naturelle. En effet, la puissance, voire la violence du tempérament qui le pousserait à de grands gestes romantiques se trouve contredite par un grand sens de la mesure inné, qui lui impose une réserve dans l'effusion et la recherche d'une forme, d'un style classique au demeurant".
Jean-Francois Jaeger